SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > DEVELOPPEMENT DURABLE

juillet 2004

DEVELOPPEMENT DURABLE

Quelques esprits chagrins voudraient nous faire croire que le Développement Durable n’est toujours rien d’autre qu’un concept fumeux des années 90, grande idée, bonne résolution ou vœu pieu du Sommet de la terre de Rio, en 1992. Il est vrai que la formule, lancée devant 170 chefs d’état et près de 9000 journalistes, en direct sur toutes les ondes du globe, a marqué de nombreux esprits. « Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs », traduit sur le site du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable par « concilier progrès économique et social sans mettre en péril l’équilibre naturel de la planète » :

12 ans après, le généreux concept a trouvé un large écho. Les « Agendas 21 » développés par de nombreuses collectivités commencent à porter leurs fruits. Même si parfois, les responsables ne font peut-être que céder à l’effet de mode, des entreprises suivent cette bannière, chartes à l’appui. A la CFDT, les élus des multinationales se rassemblent pour débattre sur les outils mis à la disposition des élus par les comités d’entreprise européens dans le cadre de la maîtrise de la RSE (responsabilité sociale des entreprises) et sur les leviers utilisables par les syndicalistes pour tendre vers les objectifs de développement durable. Des insecticides comme le Régent, puis le Gaucho, sont interdits à la vente. Le principe du « pollueur - payeur » rentre également dans les mœurs. En France, les députés commencent l’examen de la Charte de l’Environnement : Un texte qui fait entrer l’environnement dans la Constitution, au même titre que les Droits de l’Homme et du Citoyen ou les droits économiques et sociaux, même si l’article évoquant le "principe de précaution" est très controversé... le débat ne peut être que profitable.
Projet de société, débat de société, le développement durable comporte une part d’utopie lucide - des projets voient le jour - et nécessaire - sinon nous allons dans le mur. Il y a 10 ans, on pensait que le concept déboucherait sur de vastes campagnes mondiales. On sait maintenant que c’est un travail de fourmi... Alors, ne baissons pas les bras, même si 60 millions de français ne peuvent pas agir pour les 2.5 milliards de chinois et d’indiens, nous devons le faire chacun à notre mesure : en triant les déchets, en jardinant plus « naturellement », en partageant nos trajets, en économisant l’eau et les sources d’énergie, en informant les salariés dans nos entreprises...
Le vrai problème est celui du calendrier. « Allons-nous y arriver avant qu’il ne soit trop tard, avant que nous ayons définitivement porté atteinte aux ressources de la planète ? ».
Pour en savoir plus : www.agenda21france.org, www.globenet.org, www.agora21.org, www.comite21.org, www.developpementdurable.gouv.fr