SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Assurance maladie - un projet de loi PLACEBO

août 2004

Assurance maladie - un projet de loi PLACEBO

Le projet de loi sera soumis au parlement à partir du 29 juin. Le texte actuel est trop insuffisant. Les dernières modifications seront apportées par voie parlementaire, pour un vote définitif pendant l’été, lorsque la mobilisation des salariés est minime ! La CFDT veut encore peser (manifestations, rencontres des parlementaires, diffusions de tracts...) pour améliorer quelques points clé : coordination des soins, généralisation de la complé-mentaire de santé, responsa-bilisation des professionnels de santé, financement ...

L’assurance maladie est un dossier plus complexe que celui des retraites. Et dans le même temps, il suscite moins l’intérêt des salariés. Tout le monde peut espérer être un jour à la retraite. Mais qui souhaite bénéficier de l’assurance maladie ? Qui fait le choix d’être malade ? Chacun préfèrerait que ça touche son voisin. Cela rend difficile la mobilisation des salariés. D’où l’importance d’informer, d’expliquer, de discuter avec nos adhérents et les salariés plus généralement, sur ce que propose le gouvernement et sur les positions et propositions de la CFDT.
Rien n’est prévu pour encourager une coordination des professionnels de santé. Au contraire, les mesures proposées facilitent les dépassements d’honoraires sans contrainte en contre partie. Les revenus des médecins « libéraux » sont majoritairement assurés par la collectivité (remboursements sécu).
Cela justifierait au moins quelques contraintes : honoraires, répartition sur le territoire, évaluation du professionnalisme. Pas facile lorsqu’on connaît la réticence de nombreuses organisations de médecins.
Les employeurs sont exempts de toute contrainte ou surveillance. Pourtant, il est clair que de nombreuses prescriptions médicales, maladies, de nombreux arrêts de travail sont justifiés par de mauvaises conditions de travail, des horaires fatigants, un stress excessif.
L’état n’assume pas ses engagements. Il doit 2 milliards d’Euros à la sécu, d’exonérations sociales accordées aux entreprises (notamment aides loi FILLON sans aucune contrepartie en emplois).
En revanche, les assurés sont mis à contribution. Comment croire que l’instauration d’une contribution de l’assuré à chaque consultation va le responsabiliser. Demandez ce qu’en pensent les 8 à 10% d’assurés qui ne bénéficient pas de complémentaires de santé et qui paient déjà une partie des 20 euros de la consultation ? Ils vont peut-être moins souvent chez le médecin, pas par choix mais par manque d’argent, quitte à ce que leur santé en pâtisse.
Le gouvernement a lancé la semaine du développement durable en juin. Il a oublié que l’un des trois pieds de ce concept est la justice sociale. Ce projet de loi en est une fois de plus l’illustration.