SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > ACTUALITES > Vie des Sections > Veninov : une lutte de 18 mois avec la victoire au bout

25 juin 2012

Veninov : une lutte de 18 mois avec la victoire au bout

Les représentants du personnel demandent un CCE avec beaucoup d’insistance pour avoir des explications sur la situation du groupe Alkor Venilia dont fait partie Veninov, finalement il aura lieu avant Noël 2010. L’intersyndicale est obligé de faire un procès aux Prud’hommes pour obtenir gain de cause, les salariés seront payés avec beaucoup de retard.

Le comité de soutien présidé par André Gérin est créé et avec l’aide de Michèle Picard, il sera constitué de 1100 personnes dont des anciens salariés de Veninov, la population de Vénissieux et des autres communes, de syndicalistes CFDT et CGT et de sympathisants.

Les premières tables rondes ont lieu à la Préfecture fin décembre 2010 avec une manifestation des employés de Veninov autour du bâtiment pendant la réunion.

Pour faire face au manque de trésorerie pour l’ensemble du groupe Alkor Venilia, les actionnaires allemands contractent un prêt de 9.7 millions d’euros à un taux de 9 % pendant un an auprès d’un fonds de pension américain Gordon Brothers.

Nous recommençons à produire mais très vite les problèmes s’accumulent, les commandes sont là mais l’argent du prêt a été dépensé en totalité et le groupe est paralysé par le manque de trésorerie, les anciens stocks sont vendus mais cela n’apporte pas beaucoup de fonds de roulement, les prestataires de l’usine et les fournisseurs sont payés avec de plus en plus de retard, certains fournisseurs depuis 6 mois livrent l’usine à condition d’être payés comptant à la livraison.

Finalement le groupe est vendu en mars 2011 à Windhager Garten, groupe autrichien spécialisé dans le jardinage, celui-ci a des projets pour Veninov en concentrant une partie des productions du groupe Alkor-Vénilia sur ce site et en faisant une plateforme logistique pour l’ouest de l’Europe.

Les autrichiens ne peuvent pas mettre en œuvre leur projet car tous les actifs du groupe sont gagés (terrains, machines, marques, stocks, comptes en banque) par Gordon Brothers.

L’argent versé par Windhager pour refaire démarrer la production et payer les salaires est prélevée en grande partie par Gordon Brother au fur et à mesure des versements.

Les ateliers sur le site s’arrêtent les uns après les autres jusqu’à épuisement des matières premières fin avril 2011. L’atelier coupe fonctionne encore quelques semaines avec le reconditionnement d’anciens stocks.
La situation est complètement bloquée et en juin 2011, Spring Water Capital le fonds de pension suisse achète le groupe pendant quelques semaines.

La situation est tellement catastrophique que le liquidateur laisse seulement 2 semaines pour trouver un repreneur, finalement la liquidation est prononcée le 21 juillet 2011 avec le licenciement de l’ensemble des salariés du groupe soit 554 personnes.

Les anciens salariés apprennent que les 6 hectares de terrain de Véninov ont été achetés pour un euro symbolique par le fonds de pension Gordon Brothers, qui est devenu propriétaire dès la première défaillance dans les remboursements, c’est ce qui est arrivé au printemps 2011.

La CFDT dénonce par tract que c’est un prêt illégal avec des clauses léonines.

L’intersyndicale CFDT et CGT avec une vingtaine de salariés décide d’occuper le site 24 h sur 24 afin de s’assurer que l’outil de production n’est pas vendu.
Les réunions en préfecture, les rassemblements sur le site et les conférences de presse se succèdent à une cadence d’une par mois afin de ne pas laisser baisser la pression.
Madame Michèle Picard, le maire de Vénissieux apporte son soutien logistique à notre action depuis le début de l’occupation.
Un concert est même organisé sur le site le 2 septembre 2011 afin d’assurer une certaine publicité à notre action.

Des personnalités se déplacent sur le site comme Manuel Valls, Bernard Thibault, le ministre de la ville Maurice Leroy.

Début octobre 2011, des représentants du personnel se déplacent au tribunal de commerce de Nanterre pour assister à une audience. Nous rencontrons Maître Sénéchal et Maître Damman qui ne nous laissent pas d’espoir sur l’issue de la procédure.

Le Préfet de Région M. Carenco enclenche une procédure pénale pour le prêt illégal de Gordon Brothers.

Les semaines passent et le moral de la quinzaine de personnes qui occupe le site a des hauts et des bas en fonction des nouvelles.

Certains jours, il n’y a plus d’ électricité, de téléphone et de chauffage (électrique).
L’hiver arrive et la baisse des températures fait peser une autre menace avec le gel des canalisations et les dégâts que cela peut occasionner sur les machines.
Le liquidateur est informé mais il ne veut pas prendre le risque de mettre en marche la chaudière.
Fin décembre 2011 et début janvier 2012, la Région et le Grand Lyon versent 2 fois 70000 € pour payer le gaz, l’électricité, le gardiennage et l’assurance pendant 4 mois.
Des chauffages sont installés par la mairie depuis fin décembre pour chauffer certains locaux.
Les 3 premières semaines de février 2012 sont très froides avec des températures de moins 10 degrés. Certaines vannes se fendent sous le gel malgré la purge des canalisations.

Début février le gaz est rétabli mais il est trop tard pour faire fonctionner la chaudière car le réseau d’eau est complètement gelé.

La vingtaine de personne nettoie l’ensemble de l’usine avec également l’aide de la mairie en vue de la visite des responsables de Windhager car la négociation continue entre le liquidateur, Gordon Brothers, l’autrichien et le préfet.

Tous ces acteurs se mettent d’accord et la très bonne nouvelle arrive le 4 mai 2012, Windhager se porte acquéreur de Veninov avec les terrains, les machines, les marques Venilia et Bulgomme pour 2, 5 millions d’€ avec la promesse d’embauche de 40 à 50 personnes à l’automne 2012 dans un premier temps et l’investissement de plus de 20 millions d’euros en 3 ans.

Le combat a payé et une fête est organisée sur le site de Veninov le 1er juin pour remercier toutes les personnes qui ont contribué à faire avancer le dossier Veninov

Veninov vivra, on a pas lâché !

Bernard DHENNIN
Délégué syndical CFDT Veninov

info portfolio

La victoire au bout