SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > TOUR D’HORIZON > Un autre monde est-il possible ?

9 juin 2006

Un autre monde est-il possible ?

 Il semblerait que 2 grandes thèses s’affrontent en ce 21 ème siècle !

- Celle des tenants d’un monde de "L’économie de marché", du toujours plus d’argent pour toutjours moins de personne, la loi inéluctable du marché, de la fléxibilité maximale, du Dieux PIB... Pour faire court, la thèse de la raison du libéralisme à tous les étages. Un monde où l’humanité est au service de l’économie, car Elle seule permet le progrès ! Par paresse ou par soucis d’expression de politiquement correct, depuis quelques années, plus personne n’ose nommer ce fonctionnement de : "capitalisme" ! Mais plus édulcoré, par : "la mondialisation".

- L’autre, celle des tenants de ceux qui sont pour un autre monde. Dans lequel, les citoyens de chaque pays seraient citoyens du monde, tous libres et égaux. Dans lequel, l’économie mondiale est au service de l’humanité. Par paresse ou plutôt par soucis de ne pas froisser les lecteurs des journaux partisans de la première thèse on nomme ceux de la seconde thèse les anti-mondialisation ! Parfois, dans les revues qui s’adressent aux lecteurs de la deuxième thèse on utilise le terme de : "les altermondialistes".

D’après les partisans de la première thèse, ceux de la seconde ne sont que des utopistes ! Le marché dicte sa loi, il est très difficile de changer le monde, car en intervenants sur quelques règles, nous risquons de foutre l’économie par terre, en déstabilisant les entreprises qui assurent la progression du PIB des nations et par ricochet, installer un beau chaos, la révolution, la guerre ou pire l’anarchie.
C’est pour cette raison qu’une politique respectueuse de l’environnement (les humains y compris) ne pourra jamais être appliquée ! Imaginez la catastrophe mondiale, si par exemple, ces utopistes parvenaient à éliminer toutes les automobiles de tous les centres villes des plus grandes agglomérations de la planète ? Il se vendrait automatiquement moins de voiture, nous aurions besoin de moins d’acier sur le marché mondial, la production deviendrait supérieure à l’offre, les cours s’effondreraient, les entreprises exportant de l’acier devraient réaliser des gains de productivité colossaux, pour y parvenir seraient dans l’obligation de licencier des milliers de personnes, des bassins entiers d’emplois seraient sinistrés... Et le PIB de ces pays en régressions ! Vous le voyez, l’économie est trop sérieuse pour être confiée aux utopistes.

Et pourtant ! Pourtant ! En ce moment, une brèche vient de s’ouvrir dans la muraille de certitudes des partisans de la première thèse. L’Europe, depuis maintenant une année, a commencé seule à créer un marché boursier de la tonne de CO2. Bien sûr, nous n’en sommes qu’aux balbutiements, bien sûr les permis d’émissions des différents pays qui souhaitent ce contrôle ont été un peu évalué à la louche, bien sûr la tonne de CO2 voit ses courts fluctuer beaucoup, bien sûr il va falloir réaliser des réajustements dans les prochains mois, mais cette expérience est déjà un succès. D’abord des sociétés de change spécialisées dans le négoce de CO2 ont vu le jour. Les entreprises concernées ont mis en place des structures pour émettre ou bien acheter des bons de CO2. Certaines entreprises, très polluantes ont déjà investi pour réduire leurs émissions de CO2. Mieux ! De l’autre côté de l’atlantique, bien que l’administration de Gorges BUSH ait refusé de signer le protocole de KYOTO, des entrepreneurs suivent ce nouveau marché avec beaucoup d’intérêts et souhaitent se positionner dès aujourd’hui dans cette nouvelle dynamique, afin de ne pas être distancés par l’Europe !

 Que nous apporte cette expérience ?

Nous apprenons finalement en premier : (n’en déplaise à nos amis partisans de la première thèse)
- avec une volonté politique on peut changer certaines règles de fonctionnement de l’économie de marché. Indubitablement, ces nouvelles règles engendrent des bouleversements dans les équilibres monétaires que nous connaissons et auxquels nous sommes aujourd’hui habitués.
Il faudra alors modifier encore et encore les règles pour réguler en douceur, éviter les effets perverses, les dysfonctionnements. Et oui ! La nature a horreur du vide. Ceci dit, la gestion de ces mécanismes est possible. - Nous apprenons encore qu’il suffit d’une bonne dose de volonté politique (je serais tenté d’ajouter : d’utopie) pour orienter ou plutôt ré-orienter l’économie au service de l’humanité !
- Enfin, dernier apprentissage, l’Europe est une force suffisante, mais néanmoins indispensable, pour imposer des nouvelles règles à l’ensemble du monde.
Messieurs les politiques, il est évident qu’aucun des pays qui composent cette Europe ne pouvait seul créer la dynamique du marché de la tonne de CO2.
L’Europe a inventé ce marché. L’Europe l’a mis en place. Souhaitons maintenant que l’Europe le régule.

 Un autre monde est bien possible.

Fort de cette expérience grandeur nature, soyons fous ! Soyons utopique !
L’Europe pourrait décider ! Oui ! Imposer, dans son propre espace, l’instauration d’un SMIC Européen.
Qui viendrait nous expliquer notre soit disant erreur économique ?
L’Amérique ?

Au sujet du marché du CO2 [1]

Notes

[1nous vous conseillons le mensuel N° 247 d’Alternative Economique (mois de mai 2006) qui traitent admirablement de ce sujet.


Warning: mysqli_query() [function.mysqli-query]: (HY000/1194): Table 'spip_jobs' is marked as crashed and should be repaired in /home/www/client/www/ecrire/req/mysql.php on line 244