SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > ACTUALITES > Vie des Sections > Témoignage de la section de MICHELIN Roanne à l’assemblée générale du (...)

19 avril 2007

Témoignage de la section de MICHELIN Roanne à l’assemblée générale du SCERAO CFDT le 1er mars 2007

Suite à l’accord des 35 h en 2001, la CFDT s’est scindée en deux. Les plus durs ont créé SUD et les autres sont restés à la CFDT. Les autres, nous, qui sommes là aujourd’hui, ont continué de défendre les valeurs de la CFDT. Grâce à l’aide de notre secrétaire du SCERAO, Brigitte BIENASIS, nous avons travaillé pour élaborer un plan d’action et mettre en place une dynamique de développement.

Nous avons mis en place des tournées d’ateliers, nous avons contacté les nouveaux embauchés.
Nous avons répondus aux questions des salariés, une fois, deux fois et après nous avons clairement dit : si tu veux en savoir davantage, prends ta carte à la CFDT !

Pour être le plus éfficace possible, nous nous sommes formés. Formation traditionnelle, avec en plus, formation par micros modules. Cette formation permet de se mettre en situation. Nous avons fait 4 formations micros modules.

Nous avons fait 4 nouveaux adhérents en 2 mois alors que nous en faisions 1 ou 2 par an. Nous pensons que la dynamique est engagée. Vous pouvez voir qu’il nous a fallu six ans pour décoller, mais nous pensons que c’est réellement le cas car nous avons des contacts concrets qui devraient rapidement se transformer en futurs adhérents dans les mois qui viennent. Le développement doit être intégré sur du long terme !...il faut être patient !

Ces faits sont aussi liés directement avec l’esprit d’ouverture de notre direction. En 2001 les salariés ne se seraient pas engagés comme aujourd’hui car ils avaient peur de la répression. Aujourd’hui, ils osent se mettre en avant comme adhérents ou militants car la direction respecte la CFDT. Pourquoi ? Bien que nos intérêts diverges par moments, nous sommes là pour travailler ensemble à la pérennité de notre entreprise et la direction sait qu’elle sera de plus en plus obligée de travailler avec les partenaires sociaux. On peux comprendre qu’elle choisisse ses partenaires !...

Dernièrement, nous sommes allés à la rencontre des salariés grâce à l’enquête TEQ (Travail En Question). Le fait d’avoir un support pour dialoguer avec les salariés est très important. En plus, on leur demande leur avis, ainsi, ils sont plus réceptifs et le dialogue est plus facile à mettre en place.

Nos élections professionnelles vont avoir lieu fin mars. Nous mesurerons notre progression.
La majorité des salariés va-t-elle nous faire confiance ?