SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > SEMAINE POUR L’EMPLOI : Le débat à l’URI

novembre 2004

SEMAINE POUR L’EMPLOI : Le débat à l’URI

Dans le cadre de la semaine pour l’emploi mise en place par la CFDT début octobre, l’URI organisait un débat sur ce thème le 5 octobre au soir. Une centaine de personnes se sont donc retrouvées à la Bourse du travail, devant quelques orateurs choisis pour retransmettre leur expérience sur l’emploi - ou les pertes d’emploi - qui sévissent en ce moment dans la région.

Ainsi, les représentants de Bosch Vénissieux nous présentèrent leur accord sur la réduction de leur RTT, avec les mécanismes qui les ont fait signer : accord répondant à une crise locale dans une entreprise prospère mais risquant de fermer ce site à court terme sans une action spécifique, pas de chantage à la délocalisation comme l’ont dit les journaux, pas de pression sur les délégués syndicaux mais des négociations délicates se terminant par un référendum auprès des salariés.
Ensuite, fut présentée la situation de l’usine Doux : plus de direction sur le site, remise en cause des 23 JRTT acquis, tentative de déménagement des équipements, travail des syndicalistes avec les acteurs locaux permettant la mise en place d’une cellule de reclassement... La fermeture a finalement pu être repoussée en août 2004 et s’est faite dans des conditions correctes.
Puis, en Ardèche aussi, le travail des syndicalistes du groupe Dalloz ont permis de faire reculer de 6 mois la fermeture du site d’Annonay et d’avoir des conditions de départ améliorées pour ces salaries dont beaucoup de femmes ayant plus de 25 ans d’ancienneté et peu de possibilité de reconversion.
Le travail de l’URI dans tout ça ? les responsables régionaux expliquèrent que, dans la continuité de la résolution prise au congrès de Valence, l’URI va dans les institutions mais aussi sur le terrain pour agir, pour faire des propositions en cohérence avec la politique sur l’emploi déclinée par la CFDT aux niveaux régional et national, pour anticiper plutôt que de subir ces situations difficiles.
Les questions de la salle furent nombreuses : comment agir en préventif sans être traité de collabo, comment obtenir les informations des directions peu disposées à nous les donner, les aspects européens,... _ Beaucoup de débat sur le service public, collectivités, sécurité sociale,...
Ce thème fut d’ailleurs repris par B. PEULET puis par G. BONNAND qui termina la soirée avec une intervention très construite sur la situation difficile de l’emploi, en ce moment, en France et la façon de construire une réponse pour les salariés que nous représentons et non pas d’accompagner le libéralisme actuel. Il insista sur l’acquis social des 35h, que nous ne devons surtout pas abandonner, le besoin d’anticiper les problèmes pour mieux y répondre et d’avoir une logique d’ensemble (emploi, développement industriel, insertion) pour une réussite durable.