SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > ACTUALITES > Vie des Sections > Rhodia ! Gaby BONNAND à l’écoute des militants...

25 mars 2009

Rhodia ! Gaby BONNAND à l’écoute des militants...

En amont de la loi FILLON d’août 2003, la CFDT s’était engagée courageusement pour une réforme majeure de nos retraites par répartition. Cet engagement un peu précipité avait déstabilisé bon nombre de militants, manque de communication, incompréhension des modes et des circuits de décision en interne CFDT...

Le Bureau National Confédéral [1], dont François CHEREQUE est le secrétaire général, s’était engagé à améliorer les fonctionnements internes de l’organisation, notamment le lien entre les différents niveaux de structure, jusqu’au terrain. Sans remettre en cause les statuts de la CFDT, le BNC souhaitait laisser une plus grande place à l’expression de nos militants sur ce qu’ils vivent sur le terrain.

A l’époque, le SCERAO-CFDT s’était largement exprimé sur ces questions lors du Congrès de Grenoble en 2006.

Récemment, Gaby BONNAND, secrétaire confédéral a demandé au SCERAO-CFDT d’organiser une rencontre avec l’une de ses sections syndicales.
L’exécutif du Syndicat a ciblé une des sections les plus dynamiques de la branche chimie. La section de la plate forme Rhodia Belle Etoile.

Les responsables de cette section, d’accord avec cette proposition, ont organisé la rencontre sur le site de l’entreprise.
Le SCERAO-CFDT s’est contenté de créer la mise en relation mais n’est pas intervenu sur l’organisation.

Le débat a été d’un haut niveau.
- Gaby BONNAND a bien cerné les difficultés de l’entreprise Rhodia.
« Si les dirigeants de cette entreprise pensent sortir de la crise financière dans le même état qu’avant et continuer à vendre du polyamide sans se poser les questions essentielles, ils se trompent lourdement.
Ils doivent dès à présent réorienter leurs activités pour faire face aux défis de demain qui se joueront immanquablement sur le terrain de l’innovation technologique, d’un meilleur respect de l’environnement, d’une réactivité des salariés et donc d’une meilleure formation »

Les salariés ont précisé qu’aujourd’hui cela n’est pas dans les orientations de Rhodia. A part annoncer des réductions de frais fixes, des restructurations et peut être des licenciements, la Direction de Rhodia en général et celle de Belle Etoile en particulier ne font pas preuve d’une grande originalité.
- Gaby BONNAND : «  pourtant il est bien de la responsabilité d’une entreprise comme Rhodia d’accompagner ses salariés pendant la durée de leur parcours professionnel pour que ces salariés acquièrent des compétences au fur et à mesure du déroulement de leur carrière. Au pire si l’entreprise est dans l’obligation de se séparer de certains salariés, ces derniers pourront avoir des possibilités de reclassement dans d’autres activités si l’entreprise leur a permi de développer leurs compétences. Il ne serait pas normal que ces salariés soient complètement sous qualifiés et incapables d’évoluer sous prétexte que leur activité professionnelle chez Rhodia les a petit à petit engourdis et éloignés des chemins de l’apprentissage, de la qualification et du savoir. Travailler pour une entreprise ne doit pas conduire à sortir de cette entreprise moins compétent sur le marché du travail que lorsque l’on y est entré »

Des paroles fortes qui ne manqueront pas d’être reprises par les militants présents lors des prochaines négociations.

Notes

[1BNC