SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > EMPLOI > Chimie en Rhône Alpes > RHODIA ferme une unité de fabrication à Roussillon

8 novembre 2007

RHODIA ferme une unité de fabrication à Roussillon

La C.F.D.T. du site chimique de Roussillon, avec le soutien de l’union locale, s’opposent à la fermeture de l’atelier APAP [1] à Rhodia Opérations. Déjà présents lors de la grève du 22 octobre, dans le cadre d’une action intersyndicale, la C.F.D.T. veut exprimer les inquiétudes des salariés de cet atelier de même que ceux du personnel du Groupement Inter Entreprise OSIRIS. Depuis s’est tenue une réunion du comité d’établissement où la Direction locale a confirmé nos craintes avec l’annonce de la fermeture de l’atelier pour fin 2008.

La présentation d’une situation économique bien noire pour l’APAP veut-elle dire pour autant que Rhodia perdait de l’argent avec cet atelier ? Cette présentation ne répond-t-elle pas plus concrètement à une volonté du groupe de durcir ses critères économiques de rentabilité ?
La C.F.D.T. pense que ce durcissement est avant tout la conséquence directe d’une gestion passée calamiteuse.

Quelle stratégie industrielle du groupe concernant la production du paracétamol ? Alors que le groupe annonce la fermeture à Roussillon nous avons appris que Rhodia conservait son unité de production en Chine (Wu chi) d’une capacité d’environ 5000 T/an (pour 8000 T/an à Roussillon).

Rhodia ne ferme-t-il pas l’unité d’APAP de Roussillon pour mieux investir en Chine ?


Rhodia qui se dit champion du développement durable se doit de résoudre ses problèmes économiques sans suppressions d’emplois.

Sans cela nous pouvons nous interroger légitimement sur le devenir de Rhodia à Roussillon puisque cette fermeture fragilise les autres ateliers du site. Nous sommes certains que le Groupement Inter Entreprises, prestataire de service sur la plate-forme, devra restructurer ses services (laboratoire, maintenance,...) pour s’adapter à cette nouvelle situation. Cela aura évidemment des conséquences pour l’emploi.

La C.F.D.T. s’opposera à ce qui pourrait être une délocalisation et agira, dans une unité syndicale la plus large possible, pour défendre l’intérêt de tous les salariés du site et préserver l’emploi.

Notes

[1Atelier de fabrication du paracétamol