SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > « Pourquoi faire simple lorsqu’on peut faire compliqué ? (...)

février 2006

« Pourquoi faire simple lorsqu’on peut faire compliqué ? »

Trop de lois, trop de complexité dans les contrats de travail... je vais vous simplifier tout, c’est promis !!! Paroles de Messieurs Chirac, Villepin, Sarkozy !

Au final, il existe plus d’une quarantaine de contrats de travail différents et de plus en plus de contrats aidés par l’état par des ristournes de cotisations sociales de toutes natures. Le patron qui paie encore ses cotisations sociales intégralement est vraiment le dernier des mohicans !
Double discours, on donne d’un côté ce qu’on reprend de l’autre, la politique est en trompe d’œil. En affichage, on nous parle d’égalité des chances, de simplification des lois, de droit au travail, de juste combat sur les salaires, d’équilibre et de réforme des caisses de protection sociale, de respect des partenaires sociaux, que du bonheur !
En réalité, on génère de la discrimination entre les jeunes et les autres, entre les vieux et les autres, on entasse les lois les une sur les autres sans cohérence apparente sauf celle de brouiller les pistes, on crée des possibilités de versement de primes aux salariés exonérées de cotisations sociales, on n’augmente surtout pas les fonctionnaires, on n’en embauche pas non plus même si les besoins sont criants dans certains secteurs, on piétine le dialogue social, on allonge la durée des mandats des Institutions Représentatives du Personnel (IRP), on repousse la limite d’obligation de mettre en place les IRP (en excluant les moins de 26 ans du calcul de l’effectif de référence)...
Par petites touches, presque invisibles au jour le jour mais qui prend forme mois après mois, le bulldozer anti-social avance derrière un écran de fumée savamment entretenu.

La dernière nouveauté est le CPE, ce n’est pas le Conseiller Principal d’Education, ni le Conseil de Parents d’Elèves, mais vous brûlez, ça concerne effectivement les jeunes, il s’agit du contrat première embauche, réservé aux moins de 26 ans. Contrat précaire puisque l’employeur peut y mettre fin à tout moment pendant les 2 premières années, sans avoir à se justifier.
Alors, les salariés seront-ils dupent très longtemps ? Faire du syndicalisme c’est ne pas se résigner, à nous de tenir notre rôle d’éveilleur de conscience, force de proposition, en étant présents au plus près des salariés, en leur demandant de nous rejoindre.

Ensemble, soyons plus forts et solidaires.