SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Politique énergétique : la CFDT dans le débat

avril 2003

Politique énergétique : la CFDT dans le débat

Demandé depuis des années par la CFDT un débat sur la politique énergétique est enfin lancé par le gouvernement. La CFDT dans son ensemble espère vivement que ce débat sera un temps fort de notre démocratie, du citoyen d’en bas à celui d’en haut. Les auditions se succèdent. Le Conseil Économique et Social Rhône-Alpes devrait auditionner les organisations syndicales le 9 avril 2003.

C’est l’Union régionale Interprofessionnelle de notre région qui a la charge d’élaborer la position CFDT dans ce cadre. Le SCERAO - CFDT a décidé de s’investir dans la réflexion régionale, comme il l’avait fait lors de la journée énergie en mai 2000.

La politique énergétique d’un pays doit, dans sa définition, être capable d’arbitrer entre technique de production, besoin de consommation et protection de l’environnement. Elle doit aussi permettre de garantir des missions de Service Public solides et pérennes. Elle ne doit pas être un empilement de sources d’énergie répondant aux différents lobbies mais bien un ensemble cohérent pour répondre aux besoins sur le long terme.
Sa définition ne peut pas en rester à l’intérieur de nos frontières. C’est bien de politique énergétique européenne dont il faut parler.

Dans ce débat la CFDT se fixe 6 priorités :

- la protection de l’environnement pour le développement durable soit une réalité de demain,
- la maîtrise de l’énergie pour laquelle la puissance publique doit œuvrer en relançant un programme de fond,
- la diversification des sources d’énergie pour accroître la sécurité d’approvisionnement et trouver le bon équilibre entre l’offre et la demande,
- l’option nucléaire ouverte grâce à un niveau de important dans une attitude de transparence,
- la mise en place de règles fixées par l’état dans un contexte d’ouverture des marchés à la concurrence,
- l’amplification de la recherche et du développement, en particulier pour les énergie renouvelables.

Le respect des règles du Service Public doit être un socle fédérateur dans la définition d’une politique énergétique. La péréquation tarifaire, la continuité des services, l’obligation de desserte et le droit à l’énergie et au chauffage sont des éléments d’égalité et de cohésion nationale.

Sur les filières de production la CFDT souhaite le développement des énergies renouvelables pour lesquelles seule une volonté politique permettra de renforcer les efforts de recherche et développement.
L’industrie nucléaire doit avoir toute sa place dans la perspective d’une politique diversifiée. Cette filière doit rester ouverte et le restera à condition d’être acceptable et acceptée par la population. Ceci doit se traduire par de vraies avancées en matière de traitement des déchets et par la définition d’un nouvel outil dans le cadre européen.
La filière thermique à flamme doit reprendre toute sa place pour répondre à un fonctionnement en semi-base tel que prévu initialement.
Les nouveaux projets sur l’hydraulique doivent être conformes à la loi sur l’eau.
Enfin la CFDT est favorable à une gestion européenne des stocks de gaz et de pétrole.