SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Plan de sauvegarde de l’emploi et action chez VENINOV (...)

1er février 2005

Plan de sauvegarde de l’emploi et action chez VENINOV S.A.S

Un Plan de sauvegarde de l’emploi (P.S.E.) a débuté en septembre 2004 chez VENINOV S.A.S. Ce plan prévoit 16 suppressions de poste et 10 modifications de contrat de travail. La société accuse un gros déficit dû essentiellement à la forte augmentation du prix des matières premières. Après les différentes réunions de consultation du Comité d’Entreprise sur les livres 4 et 3 du code du travail, la direction maintient son plan. A la dernière réunion, la C.F.D.T. demande d’organiser une commission de suivi pour discuter des cas difficiles et améliorer les reclassements. La direction refuse, craignant un refus des salariés.

Le lundi 13 décembre, 96% du personnel est dans le mouvement. La direction est toujours ancrée sur sa position. En parallèle le secrétaire du Comité d’Entreprise (C.G.T., syndicat majoritaire chez Veninov) est mandaté pour saisir le tribunal compétent, dans le cadre d’une procédure en référé.
Les mardi et mercredi suivants, les organisations syndicales commencent à discuter avec la direction pour la création d’une commission de suivi. Plusieurs salariés commencent à reprendre le travail notamment parmi le personnel administratif.
Le jeudi 16 décembre une manifestation est organisée autour de l’entreprise. A midi une réunion plénière est organisée entre la direction et le personnel (gréviste et non gréviste). La levée de la grève est alors votée avec l’engagement de la direction de recevoir tout collaborateur concerné ou non par le P.S.E.. Cette rencontre a pour but d’étudier chaque cas particulier.
La direction à ce jour a reçu différentes personnes et la synthèse a été effectuée le 23 décembre, comme prévu. De ce fait, une grande partie des cas difficiles a été résolue. A cette date, il n’y a aucune nouvelle du référé.
Cette action a été menée dans une entreprise où une section syndicale CFDT est implantée. Le fait que la CFDT soit minoritaire n’a pas empêché qu’elle fasse son travail syndical auprès des salariés inquiets de leur avenir.