SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > ACTUALITES > Vie des Sections > PRISMAFLEX INTERNATIONAL

18 février 2014

PRISMAFLEX INTERNATIONAL

218 jours travaillés au lieu de 216, c’est ce que la CFDT avait signé en 2009. Se référant au code du travail et non à la convention collective de la plasturgie, la CFDT avait alors abondé dans le sens de la direction et l’intérêt de l’entreprise alors en pleine crise économique.

C’était aussi à l’époque l’occasion de faire évoluer le statut de plusieurs salariés en les faisant passer assimilés cadres et voir ainsi leur emploi valorisé et leur salaire assuré car plus basées que sur les seules heures supplémentaires. Avoir le statut assimilé cadres pour ces salariés c’était continuer de profiter des avantages en terme d’ancienneté mais c’était aussi cotiser à la caisse cadres et voir ainsi le montant de leur retraite bien amélioré et leur devenir mieux assuré.

Des acquis nouveaux, oui toujours, mais aujourd’hui les récentes évolutions de la convention collective de la plasturgie avec entre autre les avancées notables sur le forfait jours font que la CFDT, aujourd’hui dénonce sa propre signature.

Que prévoit aujourd’hui la convention en terme de forfait jour par rapport à l’accord signé en 2009 entre la CFDT et la direction de Prismaflex ?

  • Un coefficient minimum à 900 (statut cadre) pour 830 aujourd’hui
  • Une meilleure définition des salariés pouvant être en forfait jour.
  • Un meilleur encadrement du forfait jour afin d’éviter les dérives (temps de travail et temps de repos).
  • Un nombre de jour travaillés qui est de 216 jours
  • De meilleures garanties d’un équilibre vie professionnelle et vie privée
  • Une organisation du travail mieux cadrée avec des règles strictes
  • Un suivi de l’organisation du travail du salarié et de sa charge de travail
  • Une rémunération encadrée prenant en compte ses responsabilités
  • Un dispositif d’alerte par le salarié en complément des mécanismes de suivi et de contrôle

L’effort demandé aux salariés depuis 2009 par la direction n’a plus lieu d’être aujourd’hui .
L’entreprise réalisera en effet cette année un chiffre d’affaire record. la direction comme le permet la loi n’a pas émis le souhait de renégocier cet accord dans sa totalité et la CFDT n’a pas pour habitude de ne pas assumer ses choix, il lui restait à les traduire par des actes c’est ce qu’elle a fait aujourd’hui en dénonçant cet accord d’entreprise qui n’a plus lieu d’être.