SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Nouveau Système de Classification Rémunération dans la Branche (...)

octobre 2004

Nouveau Système de Classification Rémunération dans la Branche IEG...

Les Directions d’EDF et de GDF ont depuis longtemps initié des négociations (2 ans) pour changer le système de rémunération actuel de nos Etablissements. Ces négociations entre les organisations syndicales et les représentants des employeurs ont abouti le 13 juillet à un projet d’« accord collectif sur la reconnaissance et le Système de Classification Rémunération dans la Branche (SCRB) des IEG ».

La CFDT n’a pas signé cet accord et a demandé un délai suffisant pour apposer éventuellement sa signature. Délai qui sera mis à profit pour informer et consulter ses adhérents. La date obtenue par la CFDT est le 12 novembre. Ce délai que nous avons obtenu va nous permettre de consulter nos adhérents.

Grande nouveauté : les classes d’emploi E1 à C3 sont composées chacune de 22 positions de salaires espacées de 2.5% (pour mémoire une progression de NR est égale à 4.85% en moyenne). Seule la classe d’emploi CS n’est pas plafonnée... Un agent peut bénéficier de 1, 2 ou 3 positions de salaire

Il est prévu en tout 9 classes d’emploi :
2 exécution : E1 et E2
3 Maîtrise : M1, M2, M3
4 Cadre : C1, C2, C3 et CS (cadre supérieur) Les seuils des plages sont décalés les uns par rapport aux autres.

Qu’est-ce qui va changer ?
Les Groupes Fonctionnels et les Niveaux de Rémunération disparaissent.
L’ensemble du système est remplacé par des Classes d’emploi.
Chaque classe d’emploi comprend une plage de salaire et un seuil bas,
Chaque plage de salaire est subdivisée en repères de rémunération qui regroupent plusieurs positions de salaire.
Le nombre d’échelons d’ancienneté passe de 10 à 8.

...les insuffisances de l’accord selon la CFDT.

Pourquoi attendre le 12 novembre pour signer, ou les insuffisances de l’accord selon la CFDT :

- 1 Pour la CFDT l’écart entre deux positions de salaire devrait-être égal à 5 % ;
- 2 Pour la CFDT le fait de passer le nombre d’années d’ancienneté de 25 à 30 ans est un recul. Celui-ci aurait pu être atténué si le pourcentage avait avoisiné les 24%. Cela n’est pas le cas ;
- 3 Pour la CFDT trop de subjectif demeure dans cet accord ;
- 4 La majoration résidentielle n’apparaît plus dans la formule de calcul du salaire. Nous souhaitons sa neutralisation à 25 % et non pas sa suppression ;
- 5 Pour la CFDT le niveau d’embauche au regard des diplômes est en dessous de nos revendications ;
- 6 Aucune référence n’est faite dans la classification sur la prise en compte de la formation professionnelle continue et la validation des acquis de l’expérience ;
- 7 L’article 6 qui tend à dissocier les dispositions applicables aux agents en inactivité et aux pensionnés de la simple transposition d’un système à l’autre, en prévoyant une négociation de branche spécifique et préalable à la signature du présent accord est inacceptable car elle démontre la volonté des employeurs de transposer les inactifs à coût zéro. Nous avons demandé son retrait. Nous vous rappelons que pour la CFDT, cette demande est un incontournable ;
- 8 Nous tenons à rappeler que pour la CFDT, une règle est intangible : la loi de février 2000 précise que toute négociation doit conforter ou améliorer les dispositions statutaires du statut du personnel de 1946.