SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Journée du 9 décembre 2005

janvier 2006

Journée du 9 décembre 2005

Le SCERAO a organisé ce 9 décembre à Lyon une journée d’information sur l’amiante et les maladies professionnelles. Marcel Nicolaus du syndicat LORRAINE, et Henri Forest, délégué fédéral, ont ainsi pu répondre aux nombreuses questions posées par près de 70 militants.

Amiante

Nous avons respiré la mort...
C’est par ces mots que commence le Livre Blanc des salariés de la plateforme chimique de Carling Saint Avold en Moselle.

Les industriels ont organisé un lobbying forcené pour cacher les dangers réels de ce matériau et retarder toute réglementation,

L’Etat et les pouvoirs publics, qui savaient, ont laissé faire .

A Saint Avold plus de 300 salariés et anciens salariés sur 900 sont reconnus atteints d’une maladie professionnelle liée à l’amiante, sans compter les sous-traitants.

Le dernier rapport effectué par le Sénat fait état « de la plus importante catastrophe sanitaire de ces dernières années » : 35 000 morts de 1965 à 1995, de 60 à 100 000 morts d’ici à 2025. Le vrai chiffre serait supérieur à 200 000 morts...Ce rapport accuse l’Etat « d’inertie et de gestion défaillante » du risque amiante.

L’amiante est connue comme cancérigène depuis 1906 et son usage n’a été interdit qu’en 1997. Actuellement, ce sont 10 morts par jour...

Les chantiers de désamiantage sont pour les deux tiers en infraction ! Le manque de moyens des inspecteurs du travail ne permet pas de vérifier suffisamment ces infractions.

Après un rappel des conditions d’indemnisation (FIVA, TASS), il est précisé que tout travailleur doit obligatoirement quitter l’entreprise avec une « fiche d’exposition », (sa non délivrance est pénalement répréhensible), et peut ensuite bénéficier d’une surveillance médicale (par scanner).
S’il y a sous-traitance, il y a obligation d’établir un plan de prévention entre donneurs d’ordres et sous-traitants.

Avec l’aide de Marcel NICOLAUS, à l’instar de son action en LORRAINE, le SCERAO a décidé de monter une petite équipe opérationnelle pour prendre en charge la défense de nos adhérents victimes de l’amiante.

Maladies professionnelles

L’espérance de vie des ouvriers est inférieure de 6,5 ans à celle des cadres et professions libérales.
Le stress au travail affecte 28 % des travailleurs européens C’est le mal le plus fréquemment cité après les troubles musculo-squelettiques. Il entraîne de 2300 à 3600 décès par an...

En France, dans le secteur privé, près de 700 salariés décèdent à la suite d’un accident de travail, 53 000 sont victimes d’un accident sérieux (chiffres en augmentation) et 37 000 sont reconnus atteints d’une maladie professionnelle.

De 4 à 8 % des cancers sont d’origine professionnelle, soit de 11 000 à 23 000 nouveaux cas chaque année, et ce, malgré une sous déclaration des cas .

REACH : le dispositif d’enregistrement, d’évaluation et d’autorisation des produits chimiques de l’UE, devrait permettre d’éviter chaque année en Europe 90 000 cas de maladies professionnelles du système respiratoire ou de la peau. Il existe actuellement 100110 substances recensées (mises sur le marché avant 1981).

Il est de plus en plus évoqué la faute inexcusable de l’employeur. Celui-ci a une obligation de sécurité. Les troubles psychologiques dus aux conditions de travail peuvent être assimilés à des AT.

Lors d’un changement d’activité ou d’entreprise, le salarié doit demander une fiche d’exposition indiquant la durée, la nature des produits utilisés.

Ces fiches sont à conserver sans délai.
Pour les maladies professionnelles, le SCERAO va se procurer la brochure INRS « les maladies professionnelles, Guide d’accès aux tableaux du régime général et du régime agricole de la sécurité sociale » pour chaque section.

La prise en compte des maladies professionnelles par les équipes syndicales doit faire partie de leur stratégie : recenser les problèmes récurrents de santé dans l’entreprise, aider les salariés à constituer des demandes de reconnaissance de M.P. en bonne et due forme (nature de la maladie, respect du délai de déclaration, travaux incriminés en conformité avec les tableaux de la Sécurité Sociale).

Cette journée a été fort appréciée par les participants.

En conclusion, les sections doivent se former, s’informer, travailler sur la prévention (dans un accord d’intéressement, ne jamais mettre les taux de fréquence comme critère, mais plutôt s’axer sur la prévention : port du matériel, analyse des incidents...), en lien avec le CHSCT ! C’est une nécessité pour développer la CFDT.

Une journée similaire est prévue le 19 mai 2006 et portera sur le STRESS...