SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Interventions des SSE et réponse de la Secrétaire Générale

11 octobre 2009

Interventions des SSE et réponse de la Secrétaire Générale

NDLR : Non, vous ne trouverez pas ici l’intégralité des interventions ni celle de la réponse de notre Secrétaire Générale. Bien trop long, bien trop dense…
Mais vous pouvez, pour une partie au moins, vous reporter à notre site ou passer nous voir au syndicat.
En voici les grandes lignes. Et je demande votre indulgence si je n’ai pas pu tout mettre ou si vous pensez que j’ai oublié des choses importantes.

Luc MARLOT, URI Rhône Alpes :
La crise financière et ses conséquences sur l’emploi dans notre Région,
Les élections prud’hommes
La relation entre URI et SCERAO

Jacky FOURT, Retraités :
Une bonne gouvernance du SCERAO avec des conseils syndicaux efficaces.
Avoir dans notre résolution le bilan exhaustif des décisions de 2004.
Obligation pour le SCERAO de travailler sur son organisation au détriment de sa présence auprès des salariés, suite aux réformes et restructurations subies.

Sébastien DROCHON, IFP
Problèmes structurels du SCERAO suite au départ de Brigitte mais accord sur les choix de l’exécutif actuel,
Devant les tribunaux pour la Pentecôte et pour des dossiers de discrimination,
Qualité des formations du SCERAO,
Progression de la Sections aux élections des IRP,
Manque de points d’entrée pour les questions juridiques quotidiennes.

Alain CHABRIER, Sanofi Pasteur Marcy :
TEQ abandonné suite à des problèmes de fonctionnement de la CFDT, incompréhension des adhérents et salariés en attente.
Revendication sur le coût de la cotisation avec demande d’une révision à la baisse et de mesures pour les salariés imposables ou non.
Savoir à quoi sert la cotisation syndicale

Jean Michel SEGUI, CNPE St Alban :
Remise en cause du lien avec « Sortir du nucléaire » sur notre site internet, qui a posé problème aux militants de la section
Bon fonctionnement du SLC3.

Laurent DURIEUX, EDF SIRA et SLC3 :
Manque de militants pour agir dans l’entreprise, en négociation, lors de grèves… malgré les bons résultats obtenus par les élus en place.
Rencontre des sections en difficulté au SLC3, demande de soutien des grosses sections auprès du Secteur Local de Coopération et de ses petites sections.

David MONCORGER, DESJOYAUX :
Pression sur les militants de la Section mais réussite lors des mises en procès de l’entreprise, avec le soutien du SCERAO et de la FCE, notamment lors de restructurations voulues par la Direction.
Difficultés pour les militants de la Section vis à vis des salariés, à cause de polémiques et pétitions ; dialogue social pauvre dans l’entreprise
SCERAO réactif et toujours en appui,
Animation des Secteurs Locaux manquant de militants, ce qui diminue la présence sur le terrain,
Manque de mobilisation des militants pour les élections des prud’hommes.

Yves GIDON, Arkema :
Difficultés à faire vivre la CFDT dans l’entreprise, à gérer notre présence face aux patrons
Avoir une politique volontariste vis à vis de la cotisation syndicale pour ceux qui ne paient pas d’impôt
Syndicalisme d’adhérents et syndi-calisme de militants : la section s’interroge sur la signification de ces mots, comment faire participer les adhérents et modérer nos propos vis à vis des militants qui travaillent.
Quels sont nos fondamentaux ? Comment choisir nos actions et celles que nous ne pourrons pas faire ?
Doit on laisser tomber les SSE n’ayant que peu ou pas d’adhérents ?
Comment passer du diagnostic au remède ?

Mireille PETEL, SCOTTS France :
Remerciements au SCERAO et à son exécutif :
- pour le travail fait au CAD qui veillent sur les sections et leurs difficultés ;
- pour les formations, notamment le TEQ et les sessions sur les NAO.
- pour l’équipe de Gessy
- pour l’accueil et l’écoute par le secrétariat du syndicat
Participer à l’organisation et aux instances du syndicat permet de mieux comprendre les rouages et la façon pertinente de participer à la vie du syndicat, permet aussi de s’émanciper.
Point positif : le Secteur Local de Coopération 4 qui est un lieu de partage et de convivialité apprécié.

Extrait le plus complet possible de la réponse de la secrétaire générale sortante, Isabelle FAIVRE :
Merci à tous les intervenants.
Depuis 2 ans, je vous ai dit et redit notamment pendant les formations « Bienvenue », les conseils syndicaux le congrès fédéral ou à l’occasion de nos rencontres que je souhaitais vous entendre à la tribune.
Il y a 4 ans, seulement 3 interventions, aujourd’hui 10 interventions.

Je vais essayer de répondre à chacun.

…Merci pour la richesse, la qualité et la diversité de vos interventions.
Pour les retraités, je voudrais d’abord les remercier. Ils sont très présents et ils nous apportent souvent un soutien qui n’est pas que moral. Ils nous donnent souvent un coup de main, et ce congrès ne se serait sûrement pas aussi bien passé sans l’aide et le soutien de Jean Pierre AUBAZAC.

Maintenant sur les interventions :

C’est vrai Michel, le rapport d’activité ne met sûrement pas suffisamment l’accent sur ce que nous avons mis en œuvre au niveau du social au SCERAO. La commission amiante fonctionne avec Pierre Marie SERRAND comme animateur et il a accepté de continuer malgré son départ à la retraite. Je dois dire que le rapport d’activité est le fruit d’un travail collectif et que chaque responsable de commission m’a transmis ses travaux...

Jacky nous a dit : « on ne se bat plus pour gagner, mais pour moins perdre ».
Tu as raison.
Nous le voyons dans nos entreprises, nos militants sont plus en attente de ce qui va leur tomber sur la tête plutôt que d’être à l’offensive. Nous l’avons vu avec le passage de 40 à 41 ans de cotisations ! Aucune équipe n’était prête à se mobiliser sur ce sujet. Ils étaient résignés. Nous le voyons aussi avec des salariés, quand ils viennent nous voir, c’est « au secours le syndicat on va me virer » !! ...
Jacky a parlé aussi des inégalités et je redis que nous ne communiquons pas suffisamment. Nous avons une table ronde sur le sujet des exclusions et dans tous les CE ou nous sommes présents nos élus sont attentifs à l’insertion des jeunes, des handicapés, des peu qualifiés etc.. Ils œuvrent partout pour l’égalité des salaires. C’est un travail de fourmi qui est fait par nos élus et qui est peu connu à l’extérieur des entreprises.

Je vais dire un mot de la motion d’ordre : depuis le début de l’année, il n’y a pas eu un seul conseil syndical ou nous n’avons pas parlé du congrès. Le projet de trame de la résolution a été présenté aux conseillers en septembre et à ce moment là nous n’avons pas eu de remarque ou de proposition des retraités.
Au contraire, nos conseillers nous ont encouragés pour qu’elle soit facile à lire pour tous avec une mise en œuvre qui coule de source.
Tous ces grands thèmes sont traités par le conseil régulièrement, ils donnent souvent lieu à des débats intéressants et nous pensions qu’il n’était pas pertinent de reprendre dans nos textes ce qui est déjà dans les textes fédéraux et confédéraux. Le congrès en a décidé autrement nous l’ajouterons en début de notre résolution.
Sur le fond, nous ne pouvons être que d’accord.

La position du SCERAO sur le nucléaire n’est pas partagée par tous nos adhérents. Le coup de gueule de la section CNPE de Saint Alban était justifié et recevable.
Il a donné lieu à un débat au conseil sur les liens de notre site Internet qui nous a permis de clarifier ce que nous faisions et de mettre une règle connue de tous.

Sur le TEQ, la colère de la section de SANOFI PASTEUR Marcy n’est rien à comparer de celle de François Xavier. Il a mis au moins un mois avant de décolérer.
La mauvaise communication est en cause, la mauvaise coordination entre les structures aussi et pour 2009, la fédération nous a promis de faire mieux.
Pour l’instant nous avons stoppé tous les TEQ prévus ou en cours.
Mais dire que la chute d’environ 10% aux élections des IRP me semble exagérée. Si toutes les sections qui font le TEQ gagnaient 10% des voix, ça se saurait.
Le TEQ aide à structurer les équipes, à porter de nombreuses revendications des salariés auprès des directions et bien d’autres choses encore que j’oublie. Si le travail est bien fait, il aide les équipes à progresser aux élections. Une analyse plus approfondie de la situation globale de la section, de son fonctionnement est peut être nécessaire.

Sur la cotisation, vous êtes deux à être intervenus. Au dernier conseil syndical, l’augmentation de la cotisation pour 2009 devait être votée. Suite à la demande de la section de SANOFI PASTEUR Marcy qui ne pouvait pas être présente, un message a été lu aux conseillers sur les pauvres adhérents qui ne peuvent pas payer la cotisation car elle est trop chère... Nous avons reporté le débat en janvier pour que la décision se prenne avec les conseillers élus au congrès.

J’ai reçu un courriel d’un adhérent qui se plaint du montant de sa cotisation. Que dois-je penser d’un adhérent qui m’écrit que sa cotisation de 44€ par mois est trop cher ? Si je reconstitue son salaire, ça lui fait 5866€ par mois. Avec 66% de déduction fiscale il lui reste à charge une cotisation d’environ 15€ par mois. 5866€ en face de 15€, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ça fait pas très cher quand même !! Non !!

Pour ceux qui ne paient pas d’impôt, j’ai proposé aux conseillers, de réfléchir à une solution, mais si nous mettons quelque chose en place dans une section, je demande la vérité des prix...
Le soutien des grosses sections aux petites ? C’est difficile !! Beaucoup d’explications pas beaucoup d’excuses. J’en parle en connaissance de cause, je viens de TOTAL et c’est un militantisme souvent confortable dans les grosses boites.
Le travail syndical est toujours très important, mais les conditions matérielles d’exercices de responsable syndical sont plus confortables dans les grosses boites qu’au syndicat ou à la fédération. De plus nos directions savent nous occuper pour minimiser notre présence sur le terrain et dans nos structures CFDT...
Ensuite, lorsque l’on est permanent, la difficulté quotidienne est dans les choix que nous devons faire. Quelles sont nos fondamentaux ? Comme le disait Yves dans son intervention, 3 réunions par jour, laquelle privilégier ? Est-ce la plus importante ou celle ou nous pensons que nous serons les plus utiles ? ...

Sur le fonctionnement du SCERAO, l’exécutif est passé de presque 6 temps plein en 2004 à peine 3 en 2008 !! Nous ne pouvons plus faire les même choses. Devons nous passer 20% de notre temps à nous occuper d’adhérents isolés qui n’ont jamais fait un adhérent et qui représentent 0,2 % de nos adhérents ?

Pour terminer, merci aux intervenants et aux sections qui ont préparé le congrès, vos interventions sont importantes, ça nous permet d’avancer et de nous améliorer.
La porte du SCERAO est toujours ouverte, beaucoup le savent, nous ne faisons pas de miracle, mais nous essayons de répondre au mieux avec nos moyens à toutes les sollicitations que l’on a.