SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > ORGANISATION SCERAO > Les congrès > Intervention du SCERAO au Congrès de l’URI juin 2008

25 juin 2008

Intervention du SCERAO au Congrès de l’URI juin 2008

Bonjour à toutes et à tous,
Isabelle FAIVRE, secrétaire générale du Syndicat Chimie Energie Rhône Alpes Ouest CFDT.

3 points à cette intervention :
- La réforme statutaire de décembre 2007 ;
- le rapport d’activité ;
- Nos espoirs pour le fonctionnement du futur ;

 Sur la réforme statutaire :

- L’évolution organisationnelle proposée par l’URI nous semblait trop floue, nous l’avions dit à l’assemblée générale du 10 mai 2007. Les nouveaux statuts ne posent pas un cadre clair. Le SCERAO est implanté sur 3 Unions départementales, l’Isère, la Loire et le Rhône, 3 fonctionnements différents. Ici une Assemblée générale organisée « à la va-vite », là-bas un congrès sur 2 jours ! pour la cohérence et la légitimité des secrétaires des UD, ce manque d’homogénéité est difficile à expliquer à nos adhérents.
- En décembre, nous proposions la mise en place d’une commission des conflits indépendante du bureau régional avec des membres élus en congrès. Notre amendement n’a pas été soutenu par la commission car nous a-t-on dit : « le règlement intérieur intégrera cet aspect ».
Les seuls conflits possibles ne sont-ils que de « nature juridique ou de compétence territoriale ou professionnelle » ? nous avons bien vu entre décembre 2007 et aujourd’hui qu’à l’URI il y a aussi des femmes et des hommes. Que les conflits peuvent être tout autre que ceux repris dans le règlement intérieur ? Comment le bureau régional peut-il sereinement et en toute objectivité gérer des problèmes qui concernent les personnes qui le compose ? j’ai quelques réserves sur la résolution d’un conflit en interne, je ne vois pas comment on peut être juge, et partie ?

 Le rapport d’activité :

- L’URI a été un bon relais des initiatives confédérales, que ce soit sur la journée pénibilité, celle des DP ou le rassemblement à la Bourse du travail. A chaque fois, l’URI s’est mobilisée pour faire de ces rencontres un succès.
L’organisation du congrès de la confédération en 2006 fut une réussite.
- En général, les militants impliqués dans les institutions régionales ou locales, et nous en avons qui font parti du SCERAO, ça fonctionne.
- A la journée de l’URI sur le thème de la formation professionnelle. Mais si, souvenez vous : La journée à Charbonnière…
La synthèse du travail des ateliers, n’est toujours pas arrivée jusqu’à notre syndicat. Y a-t-il eu des décisions et des actions de mises en routes ?
- Pour l’anecdote, mais elle est significative : « Super Récupérator » fin 2007 ! l’URI nous propose sur ses affiches, un dessin qui représente une pompe à fric, un panier percé, le butin du voleur…
Il y aurait long à dire sur ces affiches qui nous demandent d’aller rencontrer les adhérents pour récupérer des cotisations, alors que la CFDT, dans ses orientations, veut rendre ses adhérents acteurs !
- Nous aurions aimé trouver dans le Rapport d’activité le nombre de trésorier rencontré dans les UD sur plus de 100 syndicats ? A notre connaissance, à l’UD du Rhône, un seul présent !!
- Nous devons aussi faire notre mea culpa, car nous n’avons pas participé à la vie de l’URI autant que nous aurions du. Nous avons des explications à ce fait, mais ce ne sont pas des excuses. L’expérience de notre OPR Chimie Energie dans la période écoulée, nous éclaire sur ce qu’il ne faut pas faire à l’avenir.

 Justement, l’avenir :

Pour nous syndicat, ce qui est important :

  1. c’est l’aide que peut nous apporter l’URI en matière de formation. Chaque niveau de l’organisation propose sa formation « Bienvenue » ou nouvel adhérent. Une mutualisation des connaissances et des contenus des formations nous ferait gagner du temps à tous. Les élections Prud’hommes en décembre avec les formations associées pour tous les élus vont être un vrai chantier. D’autant que le redécoupage de la carte des tribunaux change la donne. La coordination des formations proposées par les UD et par l’URI devra être bien gérée.
  2. Enfin, que va mettre en œuvre l’URI pour le développement ? A la FCE, nous avons une expérience, peut-être pourrait-il y avoir une mutualisation des savoir faire ?

 Pour terminer ce propos :

La gestion des ressources militantes pose question à tous les niveaux de notre organisation. Nous courrons toujours après de nouvelles ressources militantes pour nous aider dans notre travail quotidien dans nos syndicats et je ne pense pas que ce soit très différent à l’URI. La CFDT est composé d’humain avec ses forces et ses faiblesses. Arrêtons de nous séparer de la compétence de militant qui se fâche ou se sépare pour des problèmes de communication, de confiance, de respect, de soif de pouvoir... Essayons de travailler ensemble.

Pour terminer !
Après un débat avec notre conseil, nous avons décidé de ne pas donner le quitus.

info portfolio

Isabelle FAIVRE