SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > ACTUALITES > Vie des Sections > Grève chez TOTAL début 2010

5 juin 2010

Grève chez TOTAL début 2010

Quand on reparle des flandres...

Le début de l’année 2010 a été marqué par un mouvement de grève dans le groupe TOTAL, suite à l’annonce de la fermeture de la raffinerie des Flandres près de Dunkerque.
De ce mouvement, la CFDT avait obtenu à l’époque, des garanties sur la
tenue de différentes tables rondes traitant de l’avenir de l’activité
raffinage à plusieurs niveaux (national, européen.....), ainsi que la
tenue d’un CCE [1] anticipé afin d’abréger un
peu la souffrance des salariés dunkerquois qui sont engagés dans un
mouvement depuis le mois d’octobre 2009.

Quand est il aujourd’hui de la situation de ces hommes et de ces femmes ?
Après deux CCE [1], où les experts mandatés ont rendu leur travail, force est de constater que la Direction ne reculera pas, et mettra en place son projet, qui comprends la fermeture de cette raffinerie, et la création d’un centre de formation d’une part et d’un centre d’aide technique d’autre part.
La CFDT a bien compris que les salariés ne se retrouvaient pas dans ces
plans, et elle a donc proposée plusieurs projets industriels pour
revitaliser le bassin industriel dans cette région qui connait déjà
beaucoup de difficultés
.
La Direction de TOTAL a balayé ces projets, prétextant à chaque fois des arguments économiques ou industriels plus que discutables, mettant donc en avant
l’échec de la discussion et montrant ainsi les limites d’une procédure
d’information, consultation qui n’a pour but que la validation du projet
de la direction.
Une fois n’est pas coutume, mais malheureusement ce schéma est bien connu
et il rappel à nos mémoires le combat des salariés de SANOFI PASTEUR, qui a connu un dénouement similaire.

Quels enseignement peut on tirer de ces événements ?
Au delà de l’énorme gâchis humain, et même si en la matière , le plan social mis en place par la société TOTAL [2], on ne peut parler que d’échec.

- Premièrement, échec du dialogue social, en effet les élus qui participent
au CCE [1] ont le sentiment qu’ils discutent des virgules, et de la
ponctuation, jamais du fond et quand ils s’y aventurent, le Directeur du
Raffinage Marketing chez TOTAL, M. BENEZIT leur répond avec un cynisme et
un dédain qui fait froid dans le dos.
- Deuxièmement, échec de la politique industrielle en EUROPE en générale et
en FRANCE en particulier, les grands groupe investissent en Asie, ou les
marchés émergent et ou la croissance est à deux chiffres. Comment
contraindre nos dirigeants à investir en France, à développer l’industrie
propre en France ?
Tel est l’enjeu de ce conflit, et c’est aussi pour l’occasion le cheval de bataille de la CFDT.
- Dernièrement, et c’est certainement le plus grave, échec des dirigeants à
redonner de la confiance à ses salariés, échec pour garantir un avenir
serein, le temps est à la désillusion, et bientôt viendra très vite celui
de la frustration, et en cela c’est un véritable échec.
Maintenant, la CFDT fera tous ce qu’elle peut pour trouver des solutions dans la concertation, encore faut il que la Direction du groupe TOTAL aie la volonté de discuter avec les organisations syndicales, auquel cas elle s’expose encore au
mécontentement des salariés du groupe et de la CFDT, et cette fois, il
faudra bien plus qu’un « bonnet rouge » pour mettre fin au conflit...

GALERA Damien
Délégué syndical CFDT à Feyzin

Notes

[1comite central d’entreprise

[2tiens la route personne n’est licencié, tous les salariés TOTAL sont reclassés