SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > GRÈVE À LA RAFFINERIE DE FEYZIN

novembre 2002

GRÈVE À LA RAFFINERIE DE FEYZIN

Le personnel de la Raffinerie Total Fina Elf de Feyzin a voté majoritairement une grève le 14 octobre 2002. Cette action fait suite à la négociation sur le protocole de la réorganisation usine qui s’est terminée en septembre. Cette action qui portait sur 7 points revendicatifs s’est conclue favorablement le 18 octobre.

Pour les Organisations Syndicales le choix des salariés n’est pas une surprise. Il y a un an la direction de la raffinerie s’était engagée à répondre aux légitimes aspirations des salariés et les conditions de travail. Ce vote des salariés montre à l’évidence que ses réponses ne les ont pas convaincus.
Les revendications des salariés portaient sur 7 points qui touchent tous à l’emploi et aux qualifications. Ces points visaient tous à travailler dans le sens d’une meilleure sécurité sur le site de raffinage. Certains d’entre eux portaient sur des maintiens de postes pour lesquels la direction s’engage tant qu’elle n’a pas fait la preuve de l’allégement réel des tâches. Un point particulier était l’amélioration du ratio Hommes/Poste sur lequel la direction n’a pas voulu revenir si ce n’est que pour accepter l’idée de mise en place de personnel volant à la demande des équipes. Elle ne rejette l’idée de rendre ces postes pérennes si le besoin en est démontré. D’autres enfin portaient sur des aptitudes, des coefficients et des évolutions dans les coefficients.
La mobilisation des salariés a permis aux représentants du personnel de porter les revendications et de faire avancer rapidement la situation. Même si un sentiment d’inachevé reste pour certains salariés, dans une grande, et avec les organisation syndicale, ils ont décidé que les avancées globales sur les 7 points étaient suffisamment significatives pour décider l’arrêt du mouvement le 18 octobre dernier.

Une fois de plus la preuve a été faite à Feyzin que la mobilisation du personnel, derrière les organisations syndicales, permet d’obtenir rapidement des avancées significatives.