SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Elections de représentativité à EDF et Gaz de France et ENN

décembre 2003

Elections de représentativité à EDF et Gaz de France et ENN

Le 27 novembre 2003 ont eu lieu les élections de représentativité à EDF, Gaz de France et les Entreprises non nationalisées.
Les équipes n’ont pas ménagé leur peine et cependant les résultats sont décevants, baisse de 3,75% pour la FCE CFDT avec un report des voix sur FO et la CFE-CGC. Dans certains métiers comme l’ingénierie, la baisse est de 8%.

Cette baisse dans ce secteur pose des questions sur l’impact des derniers grands dossiers sur ce vote.
Il y a dans un premier temps l’accord CFDT sur la création d’une caisse de retraite dans les Industries Electriques et Gazières validé par un vote favorable des adhérents. Les principes de ce nouveau dispositif (relevé de conclusions) ont été ensuite soumis à un référendum de tous les agents des IEG qui ont massivement voté contre.
La CFDT s’est retrouvée alors minoritaire.
La création de cette caisse de retraite ne voyant toujours pas le jour depuis un an, nos opposants ont fait une campagne virulente contre nous sur ce thème.
Par la suite, l’aval de la CFDT sur les propositions du gouvernement en ce qui concerne la réforme du régime général des retraites a été ressenti par beaucoup comme précipité.
Ces deux faits récents de l’année 2003, ont beaucoup marqué les esprits dans les IEG.
Par ailleurs, les restructurations successives voulues par la direction ont complètement isolé de nombreux salariés, éloignement de leur rattachement hiérarchique et de toutes les structures syndicales. Le tissu militant en a été aussi fragilisé. Les militants ont de plus en plus de difficulté pour assurer une proximité d’autant plus nécessaire dans ces conditions. Nous avons constaté que là où les équipes locales ne vont pas régulièrement, les résultats s’en ressentent.
Il est certain que ce vote montre la grande souffrances des salariés face aux restructurations incessantes de ce secteur d’activité et aux incertitudes liées à leur avenir. Mais pourquoi n’ont-ils pas l’impression que la CFDT peut répondre à leurs attentes, en quoi le choix des autres organisations syndicales comme FO et CGC leur paraît plus efficace ?
Nous devons nous poser ces questions à tous les niveaux de l’organisation de la CFDT.
Et plus globalement, nous devons nous interroger sur le type de syndicat réformiste que nous voulons.
Si nous pensons nécessaire de continuer notre ligne contractuelle et réformiste, il faut s’assurer que les militants et les adhérents se sentent associer aux choix et y adhérent et que les salariés s’y retrouvent pour nous rejoindre. La méthode a autant d’importance que le fond.

Il semble que nos adhérents ou sympathisants par ce vote, ont une mauvaise perception des derniers choix fait par la CFDT. Il va falloir en tenir compte sur les dossiers en cours (ouverture du capital de EDF et de Gaz de France, assurance maladie....) dans les mois à venir, si l’on veut redorer notre image et par là même notre représentativité.