SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Editorial

31 août 2007

Editorial

Après les entreprises très grosses consommatrices en 2000, celles fortes consommatrices en 2003, tous les clients peuvent désormais choisir leur fournisseur d’électricité depuis le 1er juillet.
La commission européenne est satisfaite, la France a enfin transposé la directive correspondante.
_ Pour les clients cette nouvelle ‘liberté’ ne suscite néanmoins pas le moindre enthousiasme.
En effet malgré le pilonnage libéral ambiant, le citoyen, le client, sent bien que les motivations de ces changements de règles du jeu sont bien éloignées de son intérêt.

La commission européenne s’est obstiné à considérer l’électricité comme un produit banalisé gérable à travers la théoriquement vertueuse « loi d’ajustement naturelle du marché ». Funeste erreur. L’électricité a deux caractéristiques dont l’une seule rendrait déjà discutable l’application des lois du marché : elle ne se stocke pas, elle se dégrade lors du transport…
Les anciens monopoles publics nationaux, dont EDF, deviennent privés et se recomposent à une maille supra-nationale, la commission aurait pu (du) essayer dans les années 90 de créer un monopole européen de production-transport-distribution de l’électricité. Il aurait aussi fallu soulever des montagnes pour y arriver mais quel formidable exemple de réussite d’intégration européenne, cela aurait constitué un exemple marquant de construction commune pour le citoyen européen.
La potion néo-libérale classique ayant été préférée à cette utopie, il faut donc imaginer les gardes-fous pour éviter :
- des coupures massives et durables et les drames humains fatalement associés
- une flambée des prix lors d’aléas climatiques (froid intenses, canicules)
- la dégradation de la qualité des services
- le dumping social pour les salariés de la branche.
- la création d’une rente captée par des intérêts privés
- la complication avec une impossibilité pour le consommateur d’évaluer une offre commerciale
- une hausse sensible de la facture pour les entreprises électro-intensives (chimie lourde, aciéries,…) les poussant à délocaliser vers des zones où la production électrique s’opère sans considérations sociales et écologiques

La Fédération Chimie-Energie et ses huit branches professionnelles est au cœur de ces enjeux et devra continuer à faire entendre sa voix dans la recomposition actuelle du secteur.

Télécharger la version PDF complète