SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > ACTUALITES > Vie des Sections > « Dialogue social » Chez Air Liquide…

26 janvier 2015

« Dialogue social » Chez Air Liquide…

Depuis 1998, la société Air Liquide fournit les utilités industrielles pour le site de Solvay Belle Etoile basé à Saint Fons. Ce sont 28 salariés qui s’y consacrent 24h/24, 7J/7 sur des installations qui regroupent la gestion de fluides tels que l’eau potable, l’eau incendie, l’électricité, la vapeur, l’air comprimé, l’eau industrielle, l’azote, l’hydrogène…
En mars 2013 Solvay Belle Etoile décide de racheter une partie des installations fournissant la majorité des utilités du site.

A cette date, la CFDT s’est mise en alerte pour assurer, dans les meilleures conditions, cette transition pour les salariés.

Lors des premières rencontres avec la direction Air Liquide la transition parait simple pour elle, puisque une partie des salariés doit être transférée avec les unités de production selon l’article L1224-1 du code du travail.
Mais en réalité, dès le début, Air Liquide décide de ne pas appliquer le code du travail et de se séparer de 19 personnes selon des critères connus d’elle seule, donc aléatoire, donc hors la loi !

La CFDT tente de faire avancer le sujet avec des discussions, une expertise, des lettres ouvertes et un premier mouvement de grève. Ces actions permettent enfin d’apprendre, en septembre 2014, que le transfert des salariés sera effectif le 31 décembre 2014 à 23h59.
Ce retard dans l’information et dans le transfert des salariés fait suite à une mauvaise gestion sociale de la part d’Air Liquide.

Cette gestion n’est pas digne d’une entreprise qui prône un dialogue social constructif.

Preuve encore de la malhonnêteté d’Air Liquide, l’inspecteur du travail, en novembre 2014, refuse le transfert selon un L1224-1. Ce dernier justifie cette décision en expliquant : « que le transfert des salariés comme souhaiterait l’organiser Air Liquide ne permet pas de respecter la loi ».

Décembre 2014, il est alors proposée aux 19 personnes une convention qui nécessite leur accord. Mais malheureusement, les salariés n’ont toujours pas d’éléments précis sur les modalités de transfert et donc sur les éléments de leur futur rémunération dans le groupe Solvay.
De plus, la Direction d’Air Liquide montre un désintérêt total du choix de SES salariés sur leur avenir et les menaces même de licenciement s’ils restent.

En plus de cette trop longue période sans donner d’information, Air Liquide presse son personnel de choisir entre rester (en indiquant bien qu’ils ne peuvent pas les garder) ou partir chez Solvay (mais sans donner les éléments comparatifs) !

Les 19 salariés excédés sur leur devenir n’ont plus trop le choix que de déclencher une grève avec une mise en sécurité des installations. Ils demandent une compensation couvrant les pertes qu’ils subiraient en changeant d’entreprise. Ils refusent de payer à leurs frais leurs propres transferts.
Air Liquide décide alors d’instrumentaliser la préfecture. Ce stratagème permet de requérir deux salariés par tranche de 8h pour garantir la production des fournitures de fluides. Ceux-ci se voyaient même donner comme consigne de fournir plus de produits pour alimenter les clients !!! Sachant que le reste du personnel habilité était gréviste, Air Liquide, par cette décision a clairement choisi de garantir la production industrielle en prenant finalement des risques sur la sécurité des installations, sous le couvert d’une réquisition du préfet qui avait été prise paradoxalement par ce dernier dans un souci unique de sécurité !

Ces façons d’agir honteuses vont à l’encontre même du droit de grève. Malgré cela, la CFDT continue de porter les revendications des salariés et parvient à obtenir une compensation financière d’environ 8000€ par salarié.
Cette prime de transfert Air Liquide vers Solvay reste en dessous de la perte extrapolée, néanmoins, elle permet enfin d’avoir une compensation décente à 7 jours de l’échéance. Ces propositions ont été validées en assemblée générale par 95% des grévistes qui ont décidé de lever le mouvement.
Le protocole est signé le 23 décembre à 10h entre le Directeur adjoint Sud LI et le DSC CFDT ALFI.

TOUS les grévistes qui sont à ce jour salariés de SOLVAY tiennent à remercier, les représentants du syndicat CFDT ALFI, le Syndicat Chimie Energie Rhône Alpes Ouest CFDT, la Fédération Chimie Energie CFDT, ainsi que les membres de la Direction local et générale SOLVAY, Monsieur l’inspecteur du travail R.CHARRA et Madame l’inspectrice du travail C.BERLIOZ qui leur ont permis de sortir dignement de ce conflit social face à une Direction AIR LIQUIDE qui n’a aucun respect.


L’ŒIL DE LA CFDT...

La CFDT a été force de proposition à travers ses représentants locaux, nationaux et le syndicat mais il semble impossible de raisonner une direction ALFI qui joue avec ses marionnettes locales….pour faire la guerre à des salariés qui ont su être forts par leur solidarité et tenir unis malgré les pressions