SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Des problèmes dans les centrales nucléaires ? Rien de grave (...)

28 octobre 2008

Des problèmes dans les centrales nucléaires ? Rien de grave !

L’été 2008 s’est écoulé, et comme les étés précédents, cet été a apporté son lot de problèmes…
L’énergie nucléaire, mais cette année, c’est proche de chez nous, à moins de deux heures de Lyon, à Tricastin, dans les vignobles du même nom…

Alors, c’était grave ?

Les années s’écoulent et finalement se ressemblent, l’an passé, le 16 juillet 2007, c’était au Japon, un séisme à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa...

L’été d’avant, le 25 juillet 2006, en Suède, à la centrale de Forsmark, c’était un problème de panne électrique qui avait perturbé des ordinateurs, dans un premier temps, …

On peut ainsi remonter plusieurs années. Quand il n’y a rien à écrire l’été, les journalistes chercheraient des sujets ?

Probablement, car cette année, le 4 juin 2008, l’Union Européenne a lancé une alerte nucléaire après une fuite dans une centrale slovène. Bruxelles a déclenché le système d’alerte européen sur les risques radioactifs après un incident survenu dans une centrale nucléaire en Slovénie, à Krisko, qui a nécessité la mise à l’arrêt complet du site.

Ce qui est choquant (comme c’était le cas pour l’accident au Japon, ou en Suède), c’est la communication des entreprises exploitantes qui cherche à minimiser : l’incident est d’abord signalé comme un exercice ! Mais l’Autriche, voisine de la Slovénie, a demandé des explications.

Alors Tricastin à l’été 2008, c’était grave ? La réponse appartient à l’inattaquable revue de l’Autorité Sûreté Nucléaire (ASN) dans son numéro 177, dans un article sur les dépôts chimiques et radioactifs, de Jacky BONNEMINS.

L’article conclut que la dilution de ces dépôts (action de mélanger des produits en petites quantité dans des plus grandes, comme un fleuve, par exemple) se ferait finalement dans les estuaires, dans les mers et les océans…
Il est plus que temps de se reposer les bonnes questions. Que devons nous craindre le plus ? un nouveau TCHERNOBILE ou les dépôts de micro matières radioactives dans les sédiments ?

Nous héritons la terre de nos ancêtres, ou l’empruntons nous à nos enfants ?