SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Conflit MICHELIN - Roanne, et si la CFDT en tirait son épingle du jeu (...)

juin 2006

Conflit MICHELIN - Roanne, et si la CFDT en tirait son épingle du jeu ?

Depuis 3 ans, les salariés de Roanne doivent s’adapter à une nouvelle organisation du travail, avec :

* PRO : installation de 42 tableaux tournants dans l’usine, affichage sécurité, pannes, production, points pénalisants...

* Ensuite PROmpt. : les opérateurs réalisent des contrôles suivant des listes préventives plus simples que celles de la maintenance.

* Cette année, les OR sont mises en place sur 2 secteurs. Objectif : produire plus avec moins de personnel (on nous annonce 46 salariés en moins à fin 2006).

Résultat : Les conditions de travail sont modifiées, générant des responsabilités supplémentaires ainsi que du stress pour les salariés sans compensation.

Plusieurs erreurs que la direction n’a pas anticipées :

- un climat social dégradé (1er débrayage en mars), sans que la direction « sortante » ne prenne la mesure du malaise

- mutation presque simultanée de 2 directeurs du site

- la nouvelle direction, estime hériter d’une situation sociale qu’elle n’assume pas.

A plusieurs reprises, en bilatérale avec la direction, nous avons fait des propositions qui n’ont pas été entendues.

Le 4 mai, sans nous concerter, comme d’habitude, SUD et CGT lancent une grève, bloquant l’accès du site aux camions. Revendications : conditions de travail, maintien de l’effectif et surtout salaire.

Nous, CFDT ne sommes pas sur le même registre. La négo salaire se fait en paritaire au niveau groupe, donc rien n’est négociable en local. Pour le reste, la direction vient d’arriver, elle doit encore faire ses preuves.

Nous décidons de prendre du recul et de ne pas nous engager dans ce blocage. La direction tarde à réagir, laissant le conflit se larver.

Nous maintenons nos revendications :

- revalorisation des coefficients pour reconnaissance des compétences liées à la mise en place d’organisations de travail responsabilisante. Cela entraînera des augmentations de salaire.

- mise en place de groupes de travail pour résoudre ensemble les problèmes

- mise en place de moyens techniques facilitant le travail et évitant les erreurs sanctionnables

- gestion plus réfléchie des emplois CDD pour garantir la pérennité de notre usine.

Grâce à l’accord sur les départs anticipés en retraite signé par la CFDT, 6 départs sont prévus à Roanne, à déduire des 46 postes supprimés.

Certes, c’est peu mais c’est mieux que rien. C’est surtout moins médiatique qu’un blocage de 8 jours.
La direction a imposé 3 jours de congés aux 950 salariés pour arrêt de l’usine, bloquée par 15% de l’effectif en grève.

Pendant ces 8 jours, l’équipe CFDT était sur le pont, multipliant les rencontres avec la direction pour débloquer la situation. La direction a pris des engagements. Nous agirons pour qu’elle les tienne. Nous écouter c’est bien, nous entendre c’est mieux.

Les salariés ont apprécié la position CFDT et dénoncent l’intégrisme de SUD et CGT. A nous de transformer l’essai pour progresser aux prochaines élections en 2007.