SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > BSN GLASS PACK - OWENS ILLINOIS : Le plan nouveau (2005-2006) est arrivé (...)

mai 2005

BSN GLASS PACK - OWENS ILLINOIS : Le plan nouveau (2005-2006) est arrivé !

Délocalisation du siège européen en Suisse et fermeture du Centre Technique à St Romain-en-Giers

- Centralisation de plusieurs fonctions des usines vers le siège France-Espagne à Villeurbanne

- Et réduction des effectifs en usine
Au total : - 350 ETP(*) en France

Un peu d’historique

En décembre 2003, BSN Glass Pack terminait un plan social (1999-2003) qui voyait la suppression de 800 personnes en France...

Dès mars 2004, on nous annonçait des négociations pour une vente prochaine de notre entreprise à Owens-Illinois (entreprise verrière internationale).

En juin 2004, la vente est effective, BSN Glass Pack et Owens-Illinois ainsi liées deviennent numér-1 européen du verre creux (présence dans 13 pays).

En février 2005, les négociations de ce nouveau plan (2005-2006) s’achèvent, les syndicats réunis en intersyndicale donnent un avis négatif : ce plan nous apparaît comme un plan de structuration du nouveau groupe européen et non pas un plan économique comme le prétend la Direction.

Le plan 2005-2006 dans les grandes lignes

- Délocalisation du siège européen en Suisse et fermeture du Centre technique à St Romain-en-Giers = - 100 ETP (*)

- Les structures européennes existantes de BSN Glass Pack (Paris, St Romain et Villeurbanne en partie) et d’Owens-Illinois (Milan en Italie) sont fermées.

- Notre repreneur décide de se doter d’un nouveau siège européen en Suisse.

- Centralisation de plusieurs fonctions des usines vers le siège France-Espagne à Villeurbanne,

- Centralisation des fonctions Achats, Planification-ordonnancement, Paye, Prise de commandes clients, et Bureau d’études modèles

- Réduction des effectifs usines

- Réduction d’effectifs de 250 ETP (*) pour ces 2 derniers points

Les conséquences sur l’emploi.

Pour notre région Rhône-Alpes : c’est à peu près 130 personnes dont le poste est supprimé.

Ce plan est complexe pour plusieurs raisons :

- il risque d’y avoir plus de licenciements que prévus : délocalisations des sièges et du centre technique, les salariés n’accepteront pas tous d’aller en Suisse,

- centralisations, le personnel aujourd’hui en usine ne souhaitera peut-être pas rejoindre le siège à Villeurbanne,

- départs en CATS (Cessation d’Activité des Travailleurs Salariés) pour certains, en pré-cessation d’activité, pour d’autres, avec de grosses différences financières d’où création de tensions entre les salariés.

Le suivi des départs en ETP(*) est délicat, combien de salariés « se cachent » derrière 1 ETP (*) ?

Les salariés qui resteront verront leurs conditions de travail bouleversées et leur charge de travail augmentée :

- Centralisation de plusieurs fonctions, et standardisation des procédures avec l’anglais presque imposé dans les relations de travail,

- Centralisation des fonctions usine vers le siège France/Espagne à Villeurbanne accompagnée par une réduction des effectifs, les salariés devront faire le même travail en étant moins nombreux !

- Et enfin crainte de voir externaliser ou délocaliser toutes les fonctions aujourd’hui centralisées à Villeurbanne (achat, planification,...).

En conclusion, ce plan va demander un suivi et une présence sans faille des organisations syndicales afin d’éviter tout dérapage.

 [1]

Notes

[1ETP : Equivalent Temps Plein. Exemple : 2 personnes à mi-temps = 1 ETP