SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > ACTUALITES > Vie des Sections > BLUESTAR se renforce en Europe

23 février 2011

BLUESTAR se renforce en Europe

Le 11 janvier 2011, le groupe norvégien ORKLA a annoncé avoir cédé sa filiale ELKEM pour 2 Milliards de Dollars US au groupe chinois BLUESTAR, qui détient notamment en Rhône-Alpes, les sociétés BLUESTAR SILICONES et ADISSEO.

Avec ELKEM, BLUESTAR consolide son accès au silicium, matière première indispensable dans la chaine de production des silicones. BLUESTAR intègre aussi la nouvelle technologie solaire d’ELKEM, qui est porteuse d’avenir au regard de son efficacité énergétique et de ses performances environnementales.

En amont des prises de décisions, la CFDT avec le syndicat norvégien INDUSTRI-ENERGI et leur fédération européenne l’EMCEF, sont intervenus pour organiser une rencontre entre les représentants des salariés de BLUESTAR SILICONES et d’ELKEM.

Cette rencontre s’est tenue le 8 octobre 2010 dans la banlieue lyonnaise, où la direction et les syndicats de BLUESTAR SILICONES ont répondu aux questions posées par la délégation norvégienne formée du syndicat et de la DRH d’ELKEM. Puis, la CFDT et ses homologues d’INDUSTRI-ENERGI ont eu un échange bilatéral concernant le vote (ou le véto) que le syndicat norvégien devait rendre sur la vente d’ELKEM à BLUESTAR : tout de suite, le « courant » est passé, et la CFDT se félicite que ses délégués aient pu les aider à faire ce choix décisif pour l’avenir des salariés des deux entreprises.

Comme l’a indiqué le journal « Le Progrès » le 2 février dernier, la CFDT considère que depuis le rachat d’ADISSEO par BLUESTAR puis de RHODIA SILICONES, et malgré les difficultés de la chimie rhônalpine, une réelle politique industrielle a été mise en œuvre par BLUESTAR : nouveaux investissements, embauches de chercheurs et rapatriement de certaines fonctions supports externalisées.

Pour la CFDT, ce groupe chinois qui mise sur les compétences des salariés de St Fons, de Roussillon ou des Roches de Condrieu, a une vision plus long terme que la plupart des chimistes français... Avec l’acquisition d’ELKEM, il est en train de démontrer que la chimie européenne a encore un avenir en France comme en Norvège.

Cependant, et contrairement aux affirmations du journal norvégien « Dagens Naerlingsliv » du 11 janvier 2011 accusant les chinois d’être « des vampires », BLUESTAR se doit de rassurer rapidement les salariés qui s’inquiètent !

La CFDT et son homologue norvégien INDUSTRI-ENERGI appellent à la mise en place d’un Comité Européen, pour que BLUESTAR puisse démontrer qu’il restera de nombreuses années en Europe.

titre documents joints