SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Assemblée Générale des sections de la Chimie

mai 2003

Assemblée Générale des sections de la Chimie

Le rendez-vous annuel des sections syndicales de la branche Chimie du SCERAO a eu lieu le 4 avril dernier à Condrieu dans le Rhône. Cette Assemblée Générale est un moment important de mise en commun et d’analyse pour les militants de cette branche. Cette année elle revêtait un caractère particulier puisque Georges Veyrier qui a animé cette branche depuis 1997 passait la main pour prendre une retraite bien méritée.

Dans un 1er temps les participants ont fait le point du fonctionnement de la branche avec leur nouvel animateur, Hervé Chaussende. Bien des progrès ont été réalisés depuis 5 ans. Il faut préserver ces acquis tout en changeant d’échelle. Le nouvel animateur a l’intention de rencontrer, d’informer et de communiquer régulièrement avec ses équipes. Il va constituer un noyau de militants pour travailler et se retrouver régulièrement. Des Comités Territoriaux de Branches seront réunis avant chaque Comité National. Enfin il impulsera une réactivité plus forte en s’appuyant sur l’Internet.

Dans un 2ème temps les militants présents ont analysé les résultats de leur branche en terme de développement. Le nombre d’adhérents est en progression significative mais elle est principalement due à des créations de sections. Le développement interne ne repose que sur celui de 2 sections existantes, SNF et Scotts. Donc ils se sont répartis en petits groupes de travail pour réfléchir au développement à partir des pratiques syndicales. Cette réflexion était menée autour de 2 thèmes choisis parmi les 5 suivants : collectif mobilisé, plus à l’adhérent, communication, tournées/proximité et proposition d’adhésion.

Dans un 3ème temps un point a été fait sur les pratiques de négociation, celles qui sont en cours au niveau de la branche comme le travail de nuit et la santé au travail et celles qui devraient avoir lieu dans les entreprises comme la sécurité, les salaires, l’épargne salariale, etc. Du débat il est ressorti que décidément il est difficile de porter la négociation avec un patronat aussi dur que l’UIC, allant jusqu’à se demander s’il fallait continuer à négocier au national compte tenu des blocages au niveau local. Sur un éventuel engagement de discussion au sujet de la CCN les participants ont pris une position d’attente liée au contexte.