SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > Action revendicative, rapport de force et mobilisation : pour gagner (...)

décembre 2006

Action revendicative, rapport de force et mobilisation : pour gagner !

La victoire ! Et oui, c’est ce que l’on recherche dans chaque lutte syndicale.
Et pourtant. Ce n’est pas ce qui vient à l’esprit des militants spontanément. D’où le doute et le désintérêt des salariés face au syndicalisme.
Et pourtant, des victoires nous en remportons ! Des victoires de tous les jours. De celles dont on n’ose pas faire état car elles semblent ‘’normales’’. On fait notre boulot, c’est tout !
Le sens du syndicalisme c’est bien de changer le monde. Changer le monde sans être au pouvoir c’est constituer un contre pouvoir efficace. Ce contre pouvoir est efficace s’il est offensif. Il doit s’inscrire dans une stratégie syndicale de fond. Ce n’est toutefois pas suffisant. Penser c’est bien, mais rien ne change sans l’action.
Le rapport de force est un état d’équilibre des forces en présence. Il se construit dans le temps et de multiples matériaux. A certains moments, la mobilisation est nécessaire pour bouger le rapport de force dans notre sens. En fait, rapport de force et mobilisation se nourrissent mutuellement.
Quand la ‘’tempête gronde’’, quand les droits fondamentaux sont malmenés, quand les emplois sont menacés, comment mettre en place une mobilisation qui orientera dans notre sens le rapport de force ?
Si pouvoir syndical il y a, il est dans chaque établissement. Proche des salariés.
L’adhérent est un élément essentiel de la stratégie syndicale. Il est salarié et travaille dans l’entreprise. De son poste de travail, il en voit les rouages, les défauts, les forces et les faiblesses. Il est capable, si on le lui demande, d’avoir un avis sur le fonctionnement de l’entreprise, de faire des propositions d’améliorations. Cette connaissance est indispensable à l’équipe syndicale locale. La section syndicale est au cœur de tous les changements possibles. Toute l’organisation syndicale devra se tourner vers elle pour faciliter son action. Le tout c’est de trouver le moyen de connecter et d’articuler tout cela en cohérence et en harmonie.
Des progrès restent à faire. C’est pourquoi le conseil syndical a travaillé sur ce thème lors de sa réunion d’octobre. La fédération reprendra ce travail dans le cadre de la préparation de son prochain congrès.