SCERAO-CFDT
Le Syndicat CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > EMPLOI > ARKEMA, encore un coup bas à la chimie française !

3 avril 2007

ARKEMA, encore un coup bas à la chimie française !

 Quel avenir pour l’usine chimique ARKEMA de Pierre-Bénite ?


Un projet inacceptable de la direction d’Arkema

Les salariés de Pierre-Bénite et leurs organisations syndicales sont en résistance contre le plan de restructuration de leur site qui supprime 45% de l’effectif de l’usine (moins 226 postes et 20 transferts) et qui ne mentionne pas son impact sur la recherche et la sous-traitance.

Des salariés déterminés à défendre leur outil de travail et qui demandent à leur direction de développer ce site pour garantir une véritable sauvegarde de l’emploi.

Le manque de rentabilité du site résulte d’erreurs Stratégiques et ne peut être imputé aux salariés qui, depuis plus de 100 ans, ont assuré son développement.

La Direction ne doit pas faire payer aux salariés de Pierre-Bénite les décisions d’investissements et de maintenance non prises et les objectifs non atteints par ses responsables. Ce gâchis industriel et social est de la responsabilité de la direction.

Le projet de la direction ne garantit pas l’avenir du site car il est uniquement proposé dans une logique financière et boursière à très court terme. Les salariés de Pierre-Bénite raisonnent sur des projets qui batissent un avenir industriel stable pour leur site.

Les salariés sont victimes d’une agression de leurs emplois alors que les produits de la filère fluorée ont vu le jour sur le site. Nous pensons aussi aux emplois liés à cette activité.

Nous pensons qu’il est préférable de fabriquer l’acide fluorhydrique sur le site plutôt que de doubler l’approvisionnement par rail venant d’Allemagne comme le prévoit la Direction.

Il est possible de développer le site sur les dérivés fluorés, mais les salariés demandent un engagement et un contrat de la Direction Générale.

 Non à la casse industrielle ! Oui à des projets alternatifs !

Enfin après plusieurs jours de grève bien suivie, la CFDT est intervenue auprès de la direction pour stopper la procédure de consultation du comité d’entreprise et discuter du projet.

La direction a enfin accepté hier et la grève est levée.

 Les organisations syndicales vont pouvoir lancer une expertise pour proposer un projet alternatif crédible qui sauvegarde réellement des emplois !

  Encore de nombreux salariés qui n’auront pas le « faux choix » de “travailler plus pour gagner plus !!!”