SCERAO-CFDT
Le Syndicat salariés CFDT de la Chimie et de l’Energie pour Rhône Alpes Ouest.

Categories

Accueil > LES ECHOS > 2002 : année difficile

janvier 2003

2002 : année difficile

L’année 2002 restera à jamais gravée dans les esprits à cause du choc du 21 avril. Alors qu’on attendait tous un débat démocratique portant sur un choix de société on a dû assister au spectacle affligeant d’une extrême droite en fête. Le sursaut citoyen du deuxième tour des élections présidentielles ne suffira pas à effacer cette image.

Pour le SCERAO - CFDT il n’y a pas eu un instant d’hésitation, il fallait permettre à la démocratie de vivre. Tout a été mis en œuvre dès le 22 avril au matin pour faire barrage à l’extrême droite. Les équipes militantes, le adhérents, les salariés ont immédiatement suivis et ont permis d’assister à un des plus beaux 1er mai de notre histoire récente. Le syndicalisme avait sa place dans cette bataille politique, la CFDT l’a prise.

Pour notre syndicat 2002 a été aussi une année de travail en faveur de la prévention des risques technologiques. Le 18 octobre à Feyzin les militants du SCERAO - CFDT ont franchi une étape importante qu’il reste à concrétiser en 2003.
Grâce au travail de terrain des équipes de notre syndicat la CFDT va une nouvelle fois se développer sur notre territoire. Les élections professionnelles ont permis de bons résultats pour la CFDT en Rhône-Alpes Ouest.

Mais 2002 a malheureusement été une année où les plans sociaux se sont multipliés avec leur lot de fermetures d’usines (VMC à Givors...) ou de restructurations importantes (Bayer Cropscience, CRIT Décines...).
Les Industries Electriques et Gazières sont entrées dans la tourmente avec l’annonce gouvernementale d’intention d’ouverture du capital d’EDF et de GDF et des négociations difficiles sur le régime particulier de retraites. Le 3 octobre les agents ont su montrer toute leur détermination pour sauvegarder le Service Public, obtenir un projet social et avoir une vision sur l’avenir industriel. La CNR, quant à elle, a vu une partie de son capital offert au groupe Suez.

Quelques mois après son arrivée à la tête de la CFDT François Chérèque a réussi son Bercy en regroupant 20000 militants autour d’un discours dynamique. Mais les résultats aux élections Prud’homales du 11 décembre n’ont pas été à la hauteur de nos espérances.

Il nous reste encore beaucoup de travail à faire et de chemin à parcourir pour transformer la société par la voie contractuelle et surtout pour convaincre les salariés que c’est le bonne voie. En vous souhaitant une bonne année 2003 nous espérons qu’elle nous permettra d’avancer en ce sens et d’être encore plus nombreux lutter pour ça.